La surélévation de maison est une opération parfaite pour ajouter du style et des mètres carrés à son habitat. Mais ces travaux qui permettent de s'agrandir sans avoir à changer de lieux de vie sont parfois sujets à des erreurs. Les travaux d’agrandissement de maison permettent de réaliser la plupart de ces projets sans avoir à déménager. Mais attention, la réalisation d’une surélévation, doit se faire en respectant certaines règles.

I. Négliger les démarches légales pour la surélévation de maison

Petit rappel des démarches obligatoires pour agrandir sa maison : concernant les projets d’extension situés en zone urbaine régie par un plan local d’urbanisme (PLU), une déclaration préalable de travaux devra être déposée pour les extensions en L comme pour les agrandissements en bois, compris entre 5 et 40 m² de surface habitable. Pour les projets d’agrandissements en bois, en briques, en moellons supérieurs à 40 m² de surface habitable, vous devrez obligatoirement demander un permis de construire. Et si votre projet d’agrandissement porte la totalité de la surface habitable à plus de 170 m² SHON (150 m² de surface de plancher), à l’obligation du permis de construire s’ajoutera celle du recours à un architecte.

Une fois les travaux pour agrandir la maison terminés, n’oubliez pas non plus de remplir une déclaration d’achèvement de travaux (DAACT) et de demander une attestation de non contestation aux services de l’urbanisme dans un délai de trois mois après la remise des clés par les professionnels.

 II. Mal harmoniser son agrandissement de maison avec l’existant

Erreur courante lors du lancement de travaux d’agrandissement de maison : penser à l’extension comme une partie indépendante et sans relation avec l’existant. Agrandir sa maison doit être pensé en liaison et en harmonie avec les pièces existantes. Dans certains cas, une réorganisation globale de l’espace pourra être envisagée. Des professionnels de l’aménagement peuvent vous aider et vous donner des conseils pour réaliser un agrandissement esthétique et fonctionnel de votre espace de vie.

Au niveau extérieur également, l’agrandissement de maison exige une bonne harmonisation avec la façade existante

III. Sous-estimer le budget de la surévélation de maison

Les projets d’extension les plus ambitieux, encadrés par un architecte, demandant de nombreuses heures de main d’œuvre et l’emploi de matériaux coûteux, se situent dans la fourchette haute des tarifs. Différents cas de figures sont possibles : les fondations de l’extension contre le mur peuvent être difficiles à réaliser par manque de place pour les engins de chantier ou la présence de roches dans le sol, la surélévation demande un renforcement de la structure existante, etc. Le  coût dépend bien entendu du niveau de gamme et de la surface à aménager et ce, pour chacune des solutions proposées pour agrandir sa maison.

IV. Mal choisir ses matériaux pour son agrandissement de maison

Ne pas prendre le temps de bien choisir ses matériaux pour construire, isoler et aménager son agrandissement de maison, est une erreur qui pourra vous coûter cher plus tard. Votre surélévation doit être réalisée avec des matériaux sains, écologiques, qui apporteront une plus-value de confort et d’esthétique à votre habitat.

Par ailleurs, pour toute extension supérieure à 150 m² ou correspondant à plus de 30 % de la surface existante, il est obligatoire d’agrandir sa maison en respectant les critères de la RT 2012 et bientôt de la RT 2020. Cette réglementation thermique fixe certaines exigences environnementales au niveau de la consommation énergétique et de l’émission de gaz à effet de serre. Elle oblige parfois à revoir ses idées pour agrandir sa maison et à penser son extension différemment, en utilisant des matériaux respectueux de la planète et performants. Un effort sera fait au niveau de l’isolation et de la production énergétique. Ainsi, les matières naturelles et les énergies renouvelables seront privilégiées.